Fin de la table ronde des bailleurs de fonds sur le financement des projets de chemin de fer Parakou-Niamey et Ouagadougou-Niamey : espoir de concrétiser le vieux rêve du maillage des voies ferrées en Afrique de l'Ouest ()

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a présidé hier matin au Palais des Congrès de Niamey, la cérémonie d'ouverture de la Table ronde des bailleurs de fonds sur le financement des projets de chemin de fer Parakou-Niamey et Ouagadougou -Niamey. Cette cérémonie a enregistré la participation du Premier ministre, du président de l'Assemblée Nationale, des membres du gouvernement, de ceux du Corps diplomatique, ainsi que des représentants des Partenaires Techniques et Financiers. Cette importante rencontre a d'ailleurs pris fin dans la soirée.

En clôturant les travaux de cette Table ronde, le ministre d'Etat, ministre du Plan, de l'Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire, M. Amadou Boubacar Cissé, a souligné qu'elle a pleinement atteint les objectifs qui lui a été assignés et qu'elle a rempli les espoirs de faire un important pas en avant dans la définition et la préparation du projet de construction de la boucle ferroviaire Cotonou-Niamey-Ouagadougou-Abidjan. Il a remercié chaleureusement tous les participants, non seulement pour leur présence, mais aussi et surtout pour leur active contribution aux échanges et leurs fructueuses propositions pour l'avancée de ce projet.

‘'Les débats ont été animés et j'espère que toutes les idées ont pu s'exprimer pleinement et ont été soigneusement prises en considération. Au terme de nos discussions, il est heureux de constater que l'idée même de cette grande boucle ferroviaire a été agréée par notre Table ronde comme chantier nécessaire et devant être perçu comme d'actualité et même urgent. Les arguments que les représentants du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d'Ivoire et du Niger ont longuement développés pour expliquer l'importance stratégique du projet du fait de ses nombreux effets d'entraînement sur l'accélération du décollage économique du Niger et des autres pays, ont été compris et acceptés ; une étroite articulation de ces considérations économiques, humaines et sociales avec le montage de l'investissement ferroviaire devra être observée tout au long de la mise en œuvre de celui-ci pour veiller à son optimisation.

En troisième lieu, les lignes directrices ont été posées pour que l'investissement projeté soit considéré comme réalisable, viable et maîtrisable. Les principales lignes directrices pourraient s'articuler autour des questions techniques, de financement, d'organisation de la phase d'investissement ainsi que des modalités et structures souhaitables pour la gestion de cette importante opération'', a indiqué le ministre d'Etat. Il a ajouté que les participants à la Table ronde ont aussi validé un premier calendrier, encore indicatif, des grandes phases possibles de l'investissement.

‘'Comme préconisé dans notre approche globale, il nous apparaît indispensable que le projet entre dans les faits le plus vite possible et que les entreprises, comme les populations, puissent voir rapidement dans leur vie de chaque jour les impacts positifs de ce changement majeur de leur environnement. Nous avons donc retenu de procéder par phases successives, individuellement conduites jusqu'à leur achèvement et à leur mise en service, plutôt que de mener le projet en une fois jusqu'à son terme dans son ensemble. En même temps, tout sera fait pour que les délais nécessaires pour l'achèvement de la totalité des investissements soient aussi réduits que possible'', a souligné M. Amadou Boubacar Cissé. Auparavant, le ministre ivoirien des Infrastructures Economiques, M. Patrick Achi, a lu le communiqué final qui a sanctionné les travaux de la table ronde.

Il importe de rappeler que lors de la cérémonie d'ouverture de cette table ronde intervenue dans la matinée d'hier, le Représentant résident de la Banque Africaine de Développement (BAD) au Nigeria, M. Ousmane Doré, a exprimé, au nom du président du Groupe de la BAD, Dr Donald Kaberuka, la gratitude de son institution pour l'invitation qui lui a été adressée pour prendre part à la Table ronde des bailleurs de fonds. Il a ajouté que la Banque Africaine de Développement se réjouit de la tenue de cette Table ronde visant à concrétiser une vieille initiative qui consiste à mailler les voies ferrées en Afrique de l'Ouest.

M. Ousmane Doré a rappelé que le premier schéma directeur en la matière a été adopté en 1976 par l'Assemblée Générale de l'Union Africaine des Chemins de fer. Il a ajouté que plusieurs composantes de ce schéma, dont le présent projet ferroviaire, ont été intégrées aux programmes décennaux des Nations Unies pour les transports et communications en Afrique, mais n'ont pas connu de mise en œuvre effective. ‘'Il a fallu attendre 1992, pour que la Commission Economique des Nations Unies pour l'Afrique élabore le Plan Directeur des interconnections ferroviaires de la CEDEAO, plan qui a été endossé par les dirigeants des chemins de fer et approuvé par le Conseil des ministres en 1994. La décision d'y donner suite fut prise en 1997 par les ministres africains des Transports et Communications, réunis au Caire.

Plus récemment, grâce à l'assistance technique et financière de la Banque Africaine de Développement, la Commission de la CEDEAO a engagé, en 2006, une étude pour prioriser des liaisons ferroviaires définies dans le Plan Directeur, et évaluer l'opportunité d'un partenariat public-privé dans la réalisation et l'exploitation des infrastructures'', a souligné le représentant résidant de la BAD au Nigeria. De ces études, a-t-il poursuivi, 18 projets ont été identifiés dont les tronçons prioritaires Parakou-Niamey et Ouagadougou-Niamey. Il a indiqué que les projets d'interconnexion des réseaux ferroviaires, en Afrique en général, et ceux objet de la présente Table ronde en particulier, permettront de lever les entraves au développement du secteur des transports, notamment la vétusté des infrastructures de transports, particulièrement le réseau ferroviaire, le faible niveau des échanges commerciaux régionaux et le coût élevé des transports, entre autres. ‘'Les objectifs de ce projet cadrent parfaitement avec la stratégie à moyen terme (SMT) de la Banque pour la période 2008-2012 qui donne la priorité, notamment, à l'infrastructure, à l'intégration régionale et au secteur privé. Par conséquent, la Banque pourrait apporter son soutien à travers divers mécanismes d'intervention'', a dit M. Ousmane Doré qui a réitéré la disponibilité de la Banque à accompagner activement la mise en œuvre des présents projets, avant de souhaiter plein succès aux travaux de la Table ronde.

Auparavant, le président du Conseil de Ville de Niamey, M. Oumarou Moumouni Dogary, a souligné que l'utilité et l'impérieuse nécessité pour le Niger de se doter d'un réseau ferroviaire ne sont plus à démontrer. Il est, pour ainsi dire, a-t-il ajouté, la clé de voûte du développement économique de notre pays, eu égard aux perspectives qui s'ouvrent, à travers l'exploitation de deux nouveaux gisements d'uranium et du pétrole dont la raffinerie vient d'être inaugurée, et bien d'autres richesses du sous sol nigérien, qui ne demandent qu'à être exploitées.


--------------------------------------------------------------------------------

Communiqué final - les Partenaires techniques et financiers confirment leur disponibilité à apporter leur soutien à la réalisation du projet


--------------------------------------------------------------------------------

Une Table ronde des Partenaires Techniques et Financiers sur le financement du chemin de fer Cotonou-Niamey-Ouagadougou-Abidjan s'est tenue à Niamey, le 29 novembre 2011 sous la Présidence de Monsieur Amadou Boubacar Cissé, ministre d'Etat, ministre du Plan, de l'Aménagement du Territoire et du Développement Communautaire. La Table ronde a enregistré la participation des Etats et institutions suivants :

"- REPUBLIQUE DU BENIN

- BURKINA FASO

- REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE

- REPUBLIQUE TOGOLAISE

- REPUBLIQUE DU MALI

- REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE

- AFRIQUE DU SUD

- AGENCE FRANCAISE DE DEVELOPPEMENT (AFD)

- BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BAD)

- BANQUE MONDIALE (BM)

- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST (BCEAO)

- BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

- BANQUE EUROPENNE D'INVESTISSEMENT (BEI)

- BANQUE D'INVESTISSEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DE LA CEDEAO (BIDC)

- COMMISSION DE LA CEDEAO

- COMMISSION DE L'UEMOA

- ALG

- AREVA (Observateur)

- EXIM BANK DE CHINE (Observateur)

- SOFRECO (Observateur)

La cérémonie d'ouverture a été marquée par le mot de bienvenue du Maire Central de la Ville de Niamey, l'intervention de Monsieur Ousmane Doré, Représentant Résident de la Banque Africaine de Développement au Nigéria au nom des Partenaires Techniques et Financiers et le discours de SE M. Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat. Dans son discours, le Président de la République s'est réjoui que cette réunion enregistre la participation des ministres et de nombreux représentants des pays frères et amis que sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Mali et le Togo. Leur présence témoigne du grand intérêt que les plus Hautes Autorités de leurs pays respectifs accordent à ce dossier et au renforcement du processus d'intégration régionale. Il a indiqué que ce projet n'est pas seulement celui du Niger : il appartient à tous ceux qui veulent bien s'associer à cette initiative qui pourrait devenir une des grandes aventures humaines, politiques et économiques de cette décennie en Afrique de l'Ouest. Le Président de la République a rassuré les participants de l'engagement fort du Niger d'accomplir tous les efforts possibles pour faire aboutir ce projet qui s'inscrit dans les objectifs de son pays de renforcer, diversifier et moderniser toutes nos infrastructures en vue de soutenir ses ambitions en termes de développement économique. Il a en outre exprimé son souhait que des décisions puissent émerger de cette Table Ronde, au plan technique comme au plan financier, pour la mise au point de ce projet et pour le calendrier de sa mise en œuvre. Il a proposé également de donner à cet investissement un nom renforçant son caractère mobilisateur et qui pourrait être, par exemple, « Le Chemin des Mines ». Pour sa part, le Représentant de la BAD, a d'abord souligné, au nom des PTF, le caractère prioritaire de ce projet, à l'échelle régionale et, a témoigné de l'engagement anticipé de son institution dans ce projet. Il a estimé urgent de passer à des actions concrètes. Il a ensuite indiqué que les projets d'interconnexion des réseaux ferroviaires en Afrique en général permettront de lever les entraves au développement du secteur des transports, notamment la vétusté des infrastructures de transports particulièrement le réseau ferroviaire, le faible niveau des échanges commerciaux régionaux et le coût élevé des transports. Tout en remerciant les autres partenaires techniques et financiers, il a également recommandé, au nom des partenaires, la mise en place d'un dispositif de suivi du projet et de coordination des interventions des parties prenantes. A l'issue des travaux de la Table Ronde, les Etats ont décidé : de la mise en place d'un Comité de Pilotage en tant que structure centrale de décision, de coordination et de concertation dans le cadre de la réalisation du projet de la boucle ferroviaire Cotonou-Parakou-Dosso-Niamey-Téra-Dori-Ouagadougou-Abidjan. La présidence de ce comité a été confiée à la République du Niger. Ils ont, en outre, décidé de la mise en place de trois sous-comités chargés des questions techniques, institutionnelles et de financement ; au plan technique, les Etats ont également décidé de retenir l'écartement standard pour la construction du rail. Les Partenaires Techniques et Financiers ont confirmé leur disponibilité à apporter leur soutien à la réalisation de cet important projet d'intégration économique régionale pour la sous-région Ouest africaine. A cet effet, certains ont exprimé leur intérêt à financer les études complémentaires et à appuyer le comité de pilotage. Dans cette perspective, une feuille de route doit être élaborée dans les meilleurs délais de manière à boucler le financement pour permettre le démarrage des travaux de construction et de réhabilitation en 2014.»



Categorie: Société
Source: Le Sahel
Date: 30/11/2011


Revue de Presse : Société