Actualité

Réunion de haut niveau sur la coopération entre le Niger et la Banque Islamique de Développement : Une convention de financement de 18 millions de dollars signée en faveur de la chaine de valeur riz au Niger

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini et le président de la Banque Islamique de Développement (BID), Dr Bandar Al Hajjar, ont co-présidé le 19 janvier dernier dans la salle de banquet de la Primature, une réunion de haut niveau sur la coopération entre le Niger et la BID. Cette réunion élargie aux deux délégations comportait à son ordre du jour deux points essentiels que sont l'état de la coopération entre le Niger et la BID et les perspectives immédiates des besoins exprimés par le Niger conformément aux orientations définies par le Président de la République lors des échanges qu'il a eus avec le président de cette institution financière. A l'issue de cette réunion, les deux parties ont signé une convention de financement d'un projet relatif à la chaine de valeur riz au Niger pour un montant de 18 millions de dollars. A l'entame de cette réunion, le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini s'est réjoui de la visite à Niamey de cet hôte de marque. Une visite qui vient renforcer une coopération déjà fructueuse entre le Niger et la Banque Islamique de Développement. Cette coopération qui est ancienne couvre plusieurs champs d'actions. « Nous pensons que cette visite de Dr Bandar Al Hajjar est une occasion pour discuter sur notre coopération afin d'améliorer et assouplir certaines procédures liées aux deux administrations respectives. Nous devons absolument créer les conditions à même de renforcer et de perfectionner nos relations en vue de faciliter l'exécution et le suivi de nos projets qui sont pour l'essentiel structurants » a déclaré le Chef du gouvernement. SE. Brigi Rafini a ensuite évoqué quelques réalisations, fruits de la coopération entre le Niger et la BID. Il s'agit surtout de l'Université des filles à Niamey ; la tour du complexe Waqf, un immeuble à 10 étages sis en face de la SONIBANK petit marché qui est un projet qui aura un impact réel sur l'Université Islamique de Say qui tirera des revenus surs et durables ; le lancement du tronçon Tahoua-Sanam et le lancement par la BID de deux grandes initiatives majeures dont l'une sur les sciences, la technologie et l'innovation et l'autre sur la capacitation économique. « Ce sont là des initiatives qui permettront au Niger de connaitre des réels progrès pour atteindre rapidement les objectifs de développement que notre pays s'est fixés à travers les Objectifs de Développement Durable. Notre grand souhait est que la coopération se poursuit et s'intensifie pour le bonheur des populations nigériennes qui sont les bénéficiaires de vos interventions dans notre pays » a déclaré le Chef de gouvernement. Pour sa part, le président de la Banque Islamique de Développement, Dr Bandar Al Hajjar s'est dit heureux d'effectuer une visite à Niamey. « Nous sommes effectivement au Niger pour échanger et discuter largement sur notre coopération avec le Niger qui est un pays membre de la BID depuis sa création. Nous avons compris que le Niger a beaucoup des projets pour lesquels il souhaite l'accompagnement de la BID. Nous sommes disposés à collaborer avec le Niger dans le cadre de la coopération. Notre institution est engagée à soutenir les pays islamiques à travers un certain nombre de réformes », a précisé Dr Bandar. A l'issue de cette réunion, le président de la Banque Islamique de Développement et les ministres en charge du Plan et des Finances ont procédé à la signature de convention du financement d'un projet régional chaine de valeur riz. D'un montant de 18 millions de dollars pour ce qui concerne le Niger, le projet qui est prévu pour être exécuté en 5 ans touche aussi quatre (4) autres pays africains. A travers ce projet, il s'agit pour le Niger de ne plus être importateur de riz. L'un des résultats attendus de ce projet est de faire en sorte que le Niger soit autonome en matière de production et de consommation de riz à au moins 25%. « Le Niger produit du riz mais nous ne le consommons pas à la hauteur qu'il faut », a fait remarquer la ministre Kané Aichatou Boulama avant de préciser que « nous devons améliorer les rendements du riz avec des semences améliorées afin que les producteurs de la filière riz puissent tirer leur épingle du jeu ».eco-2 Selon la ministre du Plan, il existe dans le portefeuille de la coopération entre le Niger et la BID, des vieux projets et deux projets jeunes. Ce qui fait que le taux de décaissement est à un niveau qui n'est guère reluisant, soit 38%. « Nos discussions avec le président de la BID vont certainement donner un coup d'accélérateur au taux de décaissement au cours de cette année 2019 pour que le projet Kandadji puisse atteindre sa vitesse de croisière. Dr. Bandar Al Hajjar a par ailleurs accédé à une de nos requêtes importantes. Cette requête est relative à la nomination d'un représentant de la BID au Niger qui va travailler directement avec la représentation régionale dont le siège est à Abuja au Nigeria. Nos urgences ont été clairement exprimées au président de la BID », a relevé Mme Kané Aichatou Boulama. Il faut rappeler que peu avant cette rencontre de haut niveau, le président de la BID a été reçu en audience par le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini. Hassane Daouda(onep)

Partager

ACF