Actualité

Des tirs nourris ont été entendus durant cette nuit du 30 au 31 mars, à Niamey, au Niger, dans le quartier Présidentiel

Vers 3 heures du matin, cette nuit, il y a eu des tirs nourris, en effet, dans le secteur de la présidence de la République et du ministère des Affaires étrangères à Niamey, la capitale du Niger, au bord du fleuve Niger, selon notre envoyé spécial à Niamey, Christophe Boisbouvier Des tirs qui provenaient, selon de bonnes sources, de quelques éléments de l’armée. La Garde présidentielle a riposté à l’arme lourde. Ce matin, tout est rentré dans l’ordre. En centre-ville, la circulation est fluide. Tout est sous contrôle, nous dit une source autorisée… Les forces de l’ordre sont déployées en nombre, ce matin, au rond-point Hôpital et devant le siège de l’Assemblée nationale. « Il y a eu des arrestations parmi les quelques éléments de l'armée qui sont à l'origine de cette tentative de coup d'État. Ce groupe de militaires n'a pas pu s'approcher du palais présidentiel lorsque la Garde présidentielle a riposté », a indiqué cette source en affirmant que la situation était « sous contrôle ». Trois coups d’État militaires de 1974 à 2010 S’agit-il d’une tentative de coup d’État militaire, un mois après l’élection de Mohamed Bazoum, une élection très contestée par l’opposition ? On ne le sait pas encore et on attend, dans la journée, une déclaration des autorités nigériennes. Depuis son indépendance, le Niger a connu trois coups d’État militaires en 1974, 1996 et en 2010. C’est donc une hypothèse que retiennent ici beaucoup d’observateurs. On en saura plus dans les heures qui viennent.

Source : RFI

Partager

ACF