top of page

Entre Défiance, Défense et Diplomatie


Entre Défiance, Défense et Diplomatie Niger


À peine quelques jours après l'annonce par la France de sanctions visant le Niger, le Mali et le Burkina Faso, les chefs militaires de ces trois pays viennent de riposter de façon spectaculaire. Le samedi 16 septembre, ils ont proclamé à Bamako la formation de l'Alliance des États du Sahel (AES), un pacte de défense collective. Mais que signifie cette alliance pour le Niger et pour la région toute entière ?


Naissance de l'Alliance : Un Rassemblement pour la Défense Baptisée "Charte du Liptako-Gourma", cette initiative conjointe a été conçue comme un mécanisme de défense collective. Selon le chef de la junte malienne, Assimi Goita, l'alliance vise à "établir une architecture de défense collective et d'assistance mutuelle". Une partie cruciale de la charte stipule que toute agression contre l'un des États signataires sera considérée comme une attaque contre tous, déclenchant une réaction militaire collective.


L'Épée de Damoclès de la Cédéao Depuis le coup d'État du 26 juillet qui a renversé le président Mohamed Bazoum, la Cédéao a multiplié les avertissements au Niger. L'organisation régionale exige la restauration immédiate de l'ordre constitutionnel, sous peine de sanctions économiques sévères. Cependant, l'annonce de cette nouvelle alliance met en lumière les fissures au sein de la communauté ouest-africaine, car le Burkina Faso et le Mali se montrent farouchement contre toute intervention armée dans la région.


Le Coût Humain d'une Région en Crise L'impact de ces développements dépasse le simple cadre politique ou militaire. Depuis le coup d'État, le Niger a été le théâtre de plusieurs attaques jihadistes, causant la mort de plus d'une centaine de personnes, dont de nombreux civils. L'arrêt des services consulaires français a également eu un impact sur l'éducation, empêchant de nombreux étudiants sahéliens de rejoindre les universités françaises pour la nouvelle année académique.


Vers une Économie Tripartite ? L'alliance n'est pas seulement militaire ; elle a également une dimension économique. "Notre priorité, c'est la lutte contre le terrorisme", déclare Abdoulaye Diop, le ministre malien des Affaires étrangères, mais il ajoute que l'accord prévoit une "conjugaison des efforts militaires, économiques entre les trois pays". Cela pourrait annoncer des collaborations futures sur le plan économique, et pourquoi pas, une levée partielle de l'isolement que ces États connaissent actuellement.


Entre Espoirs et Incertitudes Le chemin vers une stabilisation régionale est encore long et parsemé d'obstacles. Cette alliance pourrait-elle être la clé d'une réelle indépendance politique et économique pour ces nations ? Ou s'agit-il d'un acte de défiance qui ne fera qu'accentuer les divisions et les tensions ? Une chose est sûre, la réponse à ces questions dépendra en grande partie de la manière dont les parties prenantes, tant régionales qu'internationales, réagiront dans les jours et les semaines à venir.


Source : Infos-Niger

0 commentaire

コメント


bottom of page