top of page

Le Niger, le Mali et le Burkina Faso forgent une alliance militaire

Mali Burkina Faso Niger alliances AES

Dans un contexte de menaces djihadistes grandissantes en Afrique de l'Ouest, le Niger, le Mali et le Burkina Faso ont pris une décision historique marquant une nouvelle ère dans la lutte régionale contre le terrorisme. Ces trois nations, façonnées par les défis sécuritaires persistants et un héritage de coups d'État militaires, ont annoncé la création d'une force conjointe anti-djihadiste sous l'égide de l'Alliance des États du Sahel (AES). Cette initiative survient dans un climat de tensions géopolitiques et de réalignements stratégiques, soulignant la volonté de ces pays de prendre en main leur destin sécuritaire.


La force conjointe, annoncée à Niamey, vise à répondre de manière coordonnée et efficace aux attaques récurrentes de groupes djihadistes, un fléau qui a coûté la vie à des milliers et contraint des millions à l'exode. Bien que les détails opérationnels restent à préciser, l'engagement des chefs militaires des trois pays témoigne d'une conviction profonde : seule une action concertée peut apporter la stabilité dans une région ébranlée par des années de violence.


Ce pivot stratégique n'est pas sans conséquences sur la scène internationale. En se détachant de la CEDEAO et en s'orientant vers de nouveaux partenariats, notamment avec la Russie, ces pays réaffirment leur quête d'autonomie et leur désir de diversifier leurs alliances.


La création de cette force conjointe s'inscrit dans une dynamique plus large de consolidation de la souveraineté régionale, comme en témoigne la volonté exprimée de se détacher du franc CFA et d'explorer la création d'une monnaie commune. Ces ambitions économiques et militaires reflètent une aspiration à une indépendance accrue.


L'annonce de cette force militaire conjointe symbolise un moment décisif pour le Niger, le Mali et le Burkina Faso, déterminés à reprendre en main leur sécurité et à dessiner un avenir commun, libre des chaînes du djihadisme et des influences extérieures.


Source : Infos-Niger

0 commentaire

Comentarios


bottom of page