top of page

Retrait du Mali ,du Burkina et du NIGER de la CEDEAO

CEDEAO Bazoum Salem fils président Mohamed

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont annoncé leur retrait immédiat de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), marquant une rupture significative avec cette organisation sous-régionale. Ces trois États, dirigés par des régimes militaires, expriment ainsi leur volonté de redéfinir leur positionnement géopolitique face aux défis persistants d'insécurité, de djihadisme et de pauvreté.


La décision, annoncée par les médias d'État, reflète une tension croissante entre ces nations et la Cédéao, qui s'efforce d'endiguer les coups d'État militaires et de promouvoir un retour rapide à la gouvernance civile. Cette tension s'articule également autour de l'influence étrangère, notamment celle de la France, perçue comme une forme de néocolonialisme par les régimes militaires en place.


Les implications de ce retrait sont vastes et soulèvent des questions sur la circulation des biens, des personnes et l'intégration régionale. Alors que la Cédéao stipule une période de transition d'un an pour les États se retirant, l'urgence exprimée par ces pays de quitter l'organisation avec effet immédiat pourrait indiquer une volonté de reconfigurer rapidement leur politique et leurs alliances économiques et sécuritaires, surtout dans un contexte où les mesures de rétorsion régionales semblent avoir un impact limité.


Ce mouvement audacieux de dissociation pourrait redéfinir les dynamiques régionales et indique une quête de souveraineté, d'autonomie décisionnelle et, potentiellement, de nouvelles collaborations géopolitiques, particulièrement avec des puissances non traditionnelles.


Source : Infos-Niger

0 commentaire

Comments


bottom of page