top of page

Retrait Français et Tensions Internes, Quel Avenir pour la Nation ?



Retrait Français et Tensions Internes, Quel Avenir pour la Nation ?


Le Niger traverse une période de bouleversements et de remises en question, marquée par des manifestations de soutien aux putschistes et par la détérioration des relations avec la France, ancienne puissance coloniale. Les rues de Niamey résonnent des voix des citoyens, clamant leur désir de souveraineté et leur rejet de l'influence française.


Le 24 septembre, le Président français Emmanuel Macron a annoncé, lors d'une interview avec TF1 et France 2, la fin de la coopération militaire avec le Niger et le retrait imminent de l'ambassadeur français et de 1 500 militaires français d'ici la fin de l'année. Cette annonce intervient dans un contexte de tensions croissantes entre Niamey et Paris, exacerbées par le coup d'État du 26 juillet.


Les autorités militaires au Niger ont salué ce retrait comme une "nouvelle étape vers la souveraineté du Niger". Les manifestations de soutien au régime militaire et les slogans anti-français témoignent de l'aspiration du peuple nigérien à l'autodétermination et à la liberté.

Parallèlement, le régime militaire a interdit son espace aérien aux avions français, une décision qui souligne la rupture des relations bilatérales. Air France, principal lien aérien entre l'Europe et l'Afrique, a suspendu ses vols vers Niamey, isolant davantage le Niger sur la scène internationale.


La situation au Niger est également marquée par des tensions internes et des manifestations. Les citoyens, brandissant des drapeaux russes et exprimant leur mécontentement envers la France, se rassemblent pour soutenir les militaires au pouvoir et pour réclamer la souveraineté nationale. "On ne veut pas de la France ni aujourd'hui, ni demain", s'exclame un manifestant dans les rues de Niamey.

La crise diplomatique entre le Niger et la France s'inscrit dans un contexte régional de déstabilisation et de lutte pour le pouvoir. La CEDEAO, qui soutient le président déchu Mohamed Bazoum, maintient des sanctions contre le Niger et menace d'une intervention militaire. Les autorités militaires, quant à elles, restent fermes dans leur position et dénoncent toute ingérence étrangère.


Les décisions prises dans les semaines et les mois à venir détermineront l'avenir de la nation et son rôle sur l'échiquier international. Les Nigériens, assoiffés de justice et de souveraineté, observent attentivement l'évolution de la situation, espérant un avenir de paix et de prospérité pour leur pays.



Source : Infos-Niger

0 commentaire

Comentarios


bottom of page